Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2016

Sept

7s.jpg

En 1954 Akira Kurosawa tourne Les Sept Samouraïs. Le casting est ethniquement homogène ; nous sommes au XVIe siècle au Japon.

7m.jpg

Six ans plus tard John Sturges transpose l'histoire au Mexique au XIXe avec Les Sept Mercenaires. Cette fois les héros en question sont tous de bons Yankees, le plus exotique est un Irlando-mexicain.

7m2.jpg

En 2016 Antoine Fuqua réalise un remake de ce dernier film et parmi les mercenaires nous trouvons un Noir (le leader), un Amérindien, un Mexicain et un Asiatique. Il ne manque qu'une femme mais la bande-annonce nous montre un personnage féminin qui a l'air d'en vouloir. Le XIXe siècle américain vu par Hollywood, en somme. On y croit...

Commentaires

Comme le disait un affreux blogueur de ma connaissance, "on n'avait qu'a ramasser le coton nous-même !"

Écrit par : Coach Berny | 21/04/2016

Je ne vois pas de lesbienne à deux têtes dans la distribution. Il manque aussi un blanc handicapé.

Écrit par : Nathanaël | 21/04/2016

Coach Berny > Cela aurait évité bien des problèmes à beaucoup de monde, effectivement.

Nathanaël > Nous sommes à Hollywood et les monstres bicéphales c'est pas très glamour. Pour l'homosexualité c'est pas facile à caser dans un film d'action, mais attendons quelques années... A défaut de Blanc handicapé les méchants de l'histoire ne sont plus des bandits mexicains mais, semble-t-il, des propriétaires terriens blancs de chez blancs, comme disent les jeunes.

Écrit par : Pharamond | 21/04/2016

" Il manque aussi un blanc handicapé."
Et une blanche à fuites urinaires.
Parce que dans les pubs traitant d'icelles, qui voit-on ?

Écrit par : Carine | 21/04/2016

Oui, les métis et les "colorées" sont plus vigoureuses c'est bien connu.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2016

Il manque aussi une gouinasse juive peroxydée ;o)

Écrit par : téléphobe | 22/04/2016

Elle a produit le film.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2016

N'empêche, pour les ONG engagées dans le combat de la diversité, "le compte n'y est pas". Hollywood (et que dire de la France !) est "en retard". Il y a encore du travail pour "faire évoluer les mentalités". Une démarche plurielle s'impose, mobilisant les pouvoirs publics "tant" dans la nécessaire "pédagogie" - "s'agissant" des plus jeunes, l'école jouera un "rôle majeur" - que dans une évolution "volontariste" de la réglementation.
M..., quoi !

Écrit par : Nathanaël | 22/04/2016

Je signale tout de même que dans les 7 mercenaires de Sturges, il y a un pur berlinois : Horst Buchholz ; un vrai serbe : Boris Soso dit Brad Dexter ; un juif russe plutôt sang-mêlé : Yul Brynner ; sans parler du gars d'origine polono-lituano-tartare : Charles Buchinsky dit Bronson.

Écrit par : Nordiste | 22/04/2016

Nathanaël > Le problème avec les hystérique de politiquement correct c'est qu'on en fait jamais assez, même si on y travaille d'arrache-pied.

Nordiste > Pour le film de Sturges je parlais des personnages sinon Hollywood était déjà Hollywood.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2016

Les commentaires sont fermés.