Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2015

Histoire... (131)

« Le 5 août 1936, Jesse Owens, un jeune athlète noir, était sacré champion olympique du 200m à Berlin devant un parterre de nazis et leur chef suprême, Adolf Hitler. Lors de ces Jeux, il obtint 4 médailles d’or (100m, longueur, 200m, 4x100m), devenant un mythe et un exemple pour le monde entier. »

Le film Race de Stephen Hopkins qui sortira prochainement nous raconte donc les exploits sportifs de Jesse Owens. Je me demande quel traitement sera réservé à la vérité historique, la bande-annonce ne me disant rien qui vaille. Si la réalisation insiste sur la ségrégation aux USA, elle se devra d'utiliser les grosses ficelles pour le IIIe Reich afin de faire tout de même la différence en faveur de la démocratie.

Un extrait de l'article consacré à l'athlète sur Wikipédia, qui n'est pourtant pas contrôlé par les sbires du Dr Goebbels, loin s'en faut, nous rappelle que les années 30 n'étaient pas vraiment ce qu'on croit généralement :

« Une des légendes qui entourent la participation d'Owens aux Jeux raconte qu'Hitler, furieux de voir un Noir triompher, aurait refusé de lui serrer la main.

En fait, le 2 août, Hitler reçoit dans sa loge des athlètes allemands vainqueurs des épreuves du jour pour les féliciter, puis il quitte le stade avant que l'Afro-Américain Cornelius Johnson, qui a remporté le concours du saut en hauteur, ne reçoive sa médaille. Les officiels font alors savoir au chancelier allemand qu'il doit, soit féliciter tous les vainqueurs, soit n'en féliciter aucun. Hitler choisit de ne plus en féliciter aucun et rien n'indique que cette décision ait pu viser Owens en particulier.

Owens, pour sa part, affirma dans ses mémoires qu'Hitler ne l'avait pas snobé et lui avait fait un signe de la main lorsqu'il était passé devant sa loge : « Quand je suis passé devant le chancelier, il s’est levé, a agité la main vers moi, et je lui ai fait un signe en retour. Je pense que les journalistes ont fait preuve de mauvais goût en critiquant l’homme du moment en Allemagne » (« When I passed the Chancellor he arose, waved his hand at me, and I waved back at him. I think the writers showed bad taste in criticising the man of the hour in Germany. »). Et Jesse Owens ajoute à ce propos : « Hitler ne m'a pas snobé, c'est Roosevelt qui m'a snobé », ajoutant également « Après ces histoires d'Hitler qui m'aurait snobé, à mon retour aux États-Unis, je ne pouvais pas m'asseoir à l'avant des autobus, je devais m'asseoir à l'arrière, je ne pouvais pas vivre là où je le voulais », pointant du doigt la ségrégation raciale aux États-Unis de l'époque.

En 2009, le journaliste sportif allemand Siegfried Mischner affirme que Jesse Owens avait en sa possession une photo de lui-même serrant la main à Adolf Hitler, et dit par ailleurs avoir assisté en personne à la poignée de main, mais que la presse avait alors décidé de ne pas publier la photo pour ne pas donner une image positive du dirigeant du Troisième Reich. »

Commentaires

est-ce que le monomaniaque du stylo anachronique de marque Bic va écrire quelque chose?!?

Quel suspense!

Écrit par : Popeye | 31/12/2015

J'en tremble.

Écrit par : Pharamond | 31/12/2015

Les commentaires sont fermés.