Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2015

Angles

Prenez un individu ordinaire, suivez-le pendant un mois avec une caméra pour filmer son quotidien et avec cet enregistrement faites deux documentaires. Pour le premier montage enlevez tout ce qui peut nuire à l'image négative qu'il peut renvoyer et laisser par exemple ses démonstrations d'affection avec ses enfants, sa compagne, l'aide qu'il peut apporter à ses amis et ses collègues, les bons moments qu'il passe avec les uns et les autres etc. Pour le second ne laissez au contraire que les petites lâchetés ou mesquineries dont chacun est capable, les moments de colère ou de paresse etc. Dans le premier cas vous aurez un individu tout ce qu'il y a de sympathique et dans le second quelqu'un de moralement repoussant. Imaginez maintenant que ce ne soit pas un mais dix, cent ou mille documentaires que l'on présente pendant des années de l'une ou l'autre face de cet homme, toujours la même, pour servir un quelconque intérêt. Comment le spectateur peut-il douter de la justesse de l'opinion qu'il s'est faite de cet individu ? Par une sorte de formatage, son esprit devient incapable de s’ouvrir à une vision autre. Il repoussera la perspective d'une réalité différente par peur d'être déstabilisé, de renier tout ce qui lui a procuré un certain confort intellectuel pendant une très longue période, de ne plus penser comme ses proches, d'avoir à revisiter ses notions sur le bien et le mal...

 

Commentaires

ha.....je vois que vous avez regardé les documenteurs sur itlaire , vous...

Écrit par : kobus van cleef | 16/11/2015

Non mais je suis devin à mes heures.

Écrit par : Pharamond | 16/11/2015

Les commentaires sont fermés.