Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2015

Mais je peux me tromper

Le staff de Marine abhorre celui de Soral ; il est vrai qu'ils ne partagent pas les mêmes cabinets d'avocats. Mais plus que tout, l'héritière ne supporte pas qu'Égalité & Réconciliation marche sur ses plates-bandes en récupérant une partie du vivier dissident de papa qu'elle a pourtant tout fait pour disperser et potentiellement de son électorat quand celui-ci s'apercevra que la normalisation n'est en fait qu'une soumission. Jean-Marie Le Pen n'était pas en mesure de gouverner la France, dit-on. Et puis ? Le peuple n'était de toute façon pas prêt, encore repu des fruits juteux des Trente glorieuses, aveuglé par les boniments apaisants du système et trop occupé à jouir de ses nouvelles "libertés". L'ancien président du FN a tout de même rempli son contrat en passant le relais pour des temps plus propices. C'est pourtant quand ceux-ci semblaient se profiler à l'horizon que sa fille, mal conseillée et impatiente, a tout gâché. C'est dommage.

La voie démocratique ne nous est plus autorisée à supposer qu'elle le fut un jour. Il nous reste à subir ou à passer à autre chose. Sans tomber dans le terrorisme, le succès des actions musclées des Bonnets rouges, des Zadistes ou des chauffeurs de taxi comparé aux piteux résultats des marches blanches, manifs familiales et autres veillées silencieuses pourraient inspirer certains. La bienveillance visqueuse du pouvoir ne supportant pas les bavures qui invalident son discours, c'est tentant. Sauf que pour nous autres, réprouvés, les choses fonctionnent tout autrement : on peut nous gazer, nous matraquer, nous engeôler, nous tuer à l'occasion, sans émouvoir le quidam, nos vies valant moins que celle des animaux nuisibles.

Alors quoi ? Eh bien, en considérant les risques encourus, faire ce qui nous plaira puisque rien ne peut nous noircir plus que nous le sommes et que la noirceur ne pénalise que lors des élections qui ne sont plus pour nous ! La moindre action allant dans notre sens n'est pas à négliger. La pression est trop forte, l'heure où les choses se décanteront pour le meilleur et pour le pire approche. Le reste n'est que verbiage et vanité.

Commentaires

Tout cela finira dans la rue, j'en suis persuadée.

Écrit par : Carine | 17/07/2015

Comment va évoluer la situation?
Je n'en sais fichtre rien.
Dans la rue? Le grenouille ne bondit pas hors de la casserole qui chauffe à feu doux.
D'ailleurs il y a un couvercle sur la casserole, même s'il n'est pas hermétique par endroit. (système médiatique et deux poids deux mesures de la justice)
Néanmoins quand j'en aurai l'occasion je voterais pour le FN, pour le FuN!

Écrit par : Popeye | 17/07/2015

J'ai trouvé une note d'optimisme dans votre texte, le titre...

Écrit par : Coach Berny | 17/07/2015

Pour ceux que ca intéresse, il y a ce livre "La psychologie des foules" de Gustave Le Bon. C'est riant.

http://classiques.uqac.ca/classiques/le_bon_gustave/psychologie_des_foules_Alcan/Psycho_des_foules_alcan.pdf

Écrit par : Gas | 17/07/2015

Pour moi, dans le sud, c'est "Marion nous..." en décembre, ensuite nous verrons...
Je sais tout de même que les deux années à venir vont être pesantes, c'est me moins qu'on puisse dire !

Écrit par : téléphobe | 17/07/2015

@Gas : merci à vous pour le lien vers le livre de Gustave Le Bon.

Écrit par : téléphobe | 18/07/2015

Carine > Oui, mais je me pose des questions sur l'identité de ceux qui y descendront.

Popeye > Sauf si la température de l'eau augmente brutalement. Il reste a savoir si l'état la grenouille lui permettra de s'échapper.

Gas > Merci pour le lien.

téléphobe > Oui, nous verrons...

Écrit par : Pharamond | 19/07/2015

Coach Berny > Oui, et ce n'est déjà pas si mal ;-)

Écrit par : Pharamond | 19/07/2015

Les commentaires sont fermés.