Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2016

Le jeu des deux images (235)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme est proposée par Nathanaël.

235a.JPG

235b.JPG

 

Commentaires

Je n'ai pas d'idée mais je veux apporter ma contribution : la première image représente un arbre. Comme ça si quelqu'un trouve j'aurais ma part de gloire parce j'ai tout de même trouvé 50% de l'énigme.

Écrit par : Pharamond | 02/02/2016

C'est l'hôtel Adlon à Berlin, adresse postale "unter der Linden" et les tilleuls sont des arbres en bois comme la première image
Tiens, je vais me faire une infusion pour fêter ça...

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

Unter den Linden, putain de pluriel de merde. Pardon.

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

1/ Il semble en effet qu'il s'agisse d'un arbre, un arbre dont on fait les bics en bois (c'est joli à l'oreille)
2/ C'est donc l’hôtel Adlon Kempinski qui se trouve à proximité du mémorial aux Juifs assassinés d'Europe.
3/J'espère trouver avant téléphobe.

Écrit par : Coach Berny | 02/02/2016

Donc Frédéric-Guillaume ou Johan Moritz, je n'ai pas le temps de faire pile ou face car mon infusion est prête...

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

Le temps d'aller manger une choucroute et quand on revient l'énigme a été bien égratignée quoique toujours debout.

Écrit par : Pharamond | 02/02/2016

Bon, alors le prince électeur Jean-Georges II.
Et c'est mon dernier mot.

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

Le poète Walhther von Vogelweide ?
Mais là c'est vraiment mon dernier mot, hein...

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

Changeons de cap (je n'ai pas l'estomac lourd moi)
Michael Jackson qui présenta son fils au monde du haut d'un balcon de l'hôtel Alton, également écologiste engagé jusqu'a la garde et pas que, inoubliable interprète de planèt earth symbolisé par le logo vert du haut.

Écrit par : Coach Berny | 02/02/2016

Maxime le Forestier pour "Comme un arbre dans la ville". OK, j'aurais dû y aller plus doucement avec la bière pour faire passer les saucisses...

Écrit par : Pharamond | 02/02/2016

Mouais...
Et c'est toujours mon dernier mot...

Écrit par : Jazzman | 02/02/2016

Schiller poète romantique allemand qui oit avoir sa statue sur l'avenue en question

Écrit par : Paul-Emic | 02/02/2016

Ouiche, c'est bien l'hôtel Adlon, à la haute époque de Weimar, ou peu s'en faut. On reconnaît bien les lampadaires de l'Unter den Linden, encore plus ou moins debout en mai 45, parmi des tilleuls plutôt élagués. Ô temps !...
Quant à l'arbre, c'est bien un arbre. Yawohl !

Écrit par : Nathanaël | 02/02/2016

Le baron Franck Bic !
Ok, => []
Mais je reviens (si j'ai le temps hein. Pas dis mon dernier mot)

Écrit par : Martin-Lothar | 03/02/2016

Bon, je joue les désinvoltes mais j'avoue m'être creusé la tête pour trouver l'énigme avec l'aide de Wikipédia et les liens divers subséquents et... rien ! Alors j'ai mis un peu d'électro-pop un rien rétro au-dessus, histoire de chercher en musique.

Écrit par : Pharamond | 03/02/2016

Résumons. Point de poètes, ni d'artistes de variétés, ni d'électeur brandebourgeois, ni de marchand de crayons. Finaud, plus qu'avec finesse - Francis Blanche l'eût dite "Kolossal" - j'ai orienté les recherches vers l'entre deux-guerres, et un évident contexte germanique étendu jusqu'au végétal représenté, sans insister sur les évidences.

Écrit par : Nathanaël | 03/02/2016

Je propose sans conviction Albert Speer, l'architecte de "qui vous savez" et qui je crois habitait sur cette avenue Unter der Linden (sous le tilleul) et qui voulait en faire sans aucun doute un axe grandiose.

Écrit par : Martin-Lothar | 03/02/2016

Dur, dur !
Je donne ma langue à Moortje ;o)
Quant aux stylos en bois de tilleul, quelle merveilleuse idée !

Écrit par : téléphobe | 03/02/2016

Herr téléphobe : durant son repli de Silésie en Basse Saxe, la petite Anna n'est pas descendue à l'Adlon, qui du reste avait un peu perdu de son lustre durant l'hiver 44-45.
Herr M.-L. : laissons en l'occurrence en paix les cendres - au sens propre - de Qui-Nous-Savons (savon RIF, bien sûr). Tiens, au fait, où donc le MVD a bien pu les égarer, ces cendres ? Ça laisse rêveur sur l'ordre supposé des régimes totalitaires. Le Grand Architecte du Grand Berlin peut lui aussi dormir tranquille en l'affaire.
Or donc : que peuvent bien donner un palace allemand d'avant guerre + un arbre qu'on supposera allemand aussi ?

Écrit par : Nathanaël | 03/02/2016

Bon, une dernière : Vicky Baum autauroresseuse du roman Grand Hotel (à Berlin) sachant que Baum signifie "arbre" dans la langue d'Ernst Jünger.

Écrit par : Martin-Lothar | 03/02/2016

Jacques Mortane pour "Sous les tilleuls : la nouvelle Allemagne" préface d'Aristide Briand 1928.
Allemagne - entre-deux-guerres - tilleuls - manque le palace Scheiße !

Écrit par : Coach Berny | 03/02/2016

M.-L. : vous avez trouvé. Vicki Baum, au nom que vous avez traduit comme il se doit, et dont le "Grand Hôtel" (titre français ; je ne sais plus celui allemand) aurait été (à vérifier) inspiré du célèbre Adlon.

Écrit par : Nathanaël | 03/02/2016

J'en suis baba...

Écrit par : Carine | 03/02/2016

Je vais m'inscrire sur le forum de l'in-nocence, c'est plus abordable qu'ici.

Écrit par : Coach Berny | 03/02/2016

Martin-Lothar > Bravo !

Nathanaël > Belle énigme même si elle était sacrément coton.

Carine > Et moi donc !

Coach Berny > Il y a aussi des énigmes là-bas ?

Écrit par : Pharamond | 03/02/2016

Les commentaires sont fermés.