Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2015

Histoire... (129)

Léopold II, roi des Belges de 1965 à 1909, a la réputation d'être l'un des plus grand massacreurs de l'histoire. On le place même parfois parmi les super stars du domaine comme Hitler, Staline ou Mao avec 10 millions de morts. Méfait perpétré contre les populations indigènes du Congo belge qu'il aurait mis en coupe réglé. La réalité semble légèrement différente :

Non, Léopold II n’est pas un génocidaire !

Le jeudi 17 décembre, la commune de Bruxelles avait l’intention d’organiser une commémoration des 150 ans de l’accession au trône de Belgique du roi Léopold II suivie d’une conférence à propos de la marque qu’il a laissée sur la ville. Suite à cette annonce, une avalanche de critiques s’est abattue sur les instigateurs du projet, et de nombreuses personnes, dont des politiques, se sont livrées à des comparaisons déplorables entre "le Roi bâtisseur" et Adolf Hitler, accolant sans scrupule le terrifiant qualificatif "génocidaire" à notre feu souverain. Face à une telle pression, les organisateurs ont pris la décision d’annuler les événements.

J’ai été outré par l'omerta imposée sur la personne de Léopold II et affligé que certains l'ajoutent à la liste des sombres tyrans de l’histoire. Ce court article n’a pas la prétention d’apposer sa pierre au sempiternel débat de l’action coloniale de Léopold II au Congo mais a la simple ambition de réfuter certaines inexactitudes historiques, qui le salissent injustement, à la lumière de la réalité des faits.

Léopold II, l’anti-esclavagiste

Un des bienfaits majeurs de l’oeuvre léopoldienne au Congo, et peut-être le plus grand, a été de libérer le peuple congolais de l’esclavage des arabes qui décimait l’Afrique centrale dont la partie orientale du Congo. Dès 1876, il plaça cette volonté au centre de la Conférence internationale de géographie et la consolida lors de la conférence anti-esclavagiste de Bruxelles, en 1889, qui mit en place un système de répression du trafic des esclaves. Au bout de plusieurs campagnes militaires survenues entre 1892 et 1894, les Belges mirent fin à plus deux siècles d’occupation arabe qui attisait les guerres interethniques et faisait régner la terreur sur la partie orientale du pays.

Le mythe des "mains coupées"

On entend souvent dire « Léopold II faisait « couper des mains » au Congo ». Cette information induit que le roi Léopold II aurait sciemment fait torturer certains Congolais récalcitrants. Jean Stengers, professeur à l’ULB et un des plus grands spécialistes de Léopold II et du Congo, rétablit la vérité historique dans son édifiant « Congo : mythes et réalités ». En effet, il explique que les soldats, pour empêcher le gaspillage des munitions, avaient l’obligation d’apporter la preuve qu’ils utilisaient leurs cartouches à bon escient. La main coupée de l’ennemi tué du coup de feu en était une des preuves[1]. La célèbre Commission d’Enquête de 1904-1905, reconnue pour son indépendance et dont peu contestent l’objectivité, est on ne peut plus claire : « Jamais le Blanc n’a infligé ou fait infliger, à titre de châtiment, pour manquement dans les prestations ou pour toute autre cause, pareilles mutilations à des indigènes vivants »[2]. Enfin, cette méthode, abominable même si concernant uniquement des hommes morts, ne fut appliquée qu’au sein du district de l’Equateur entre 1895 et 1899 lorsque le commissaire Victor-Léon Fiévez était à sa tête[3].

Les prétendus 10 millions de morts

Certains prétendent, sur base des chiffres avancés par l’anglais Edmond D. Morel et Adam Hochschild, principales figures de proue de la campagne anti-léopoldienne, que la politique coloniale de notre souverain aurait décimé la moitié de la population du Congo c’est-à-dire près de 10 millions d’individus. Pour ce faire, ils comparent les recensements de la population effectués sous l’Etat Indépendant du Congo (1885-1908 ; propriété privée de Léopold II) avec ceux réalisés sous la période du Congo belge (1908-1960) et se basent sur leurs propres estimations. Ces démarches mènent à des résultats erronés pour plusieurs raisons. L’absurdité des méthodes de calcul employées est, dans un premier temps, méthodiquement démontrée par certains auteurs dont Jean Stengers[4]. En outre, l’exploitation du caoutchouc n’occupait qu’une petite partie du Congo, grand comme 80 fois la Belgique, et dans les années 1890, seuls 175 agents administratifs étaient en charge de cette dernière. De plus, de nombreuses maladies telle la maladie du sommeil firent des ravages tant dans les rangs des indigènes que des expatriés. Enfin, beaucoup s’accordent à dire qu’il n’exista pas de recensement fiable de la population avant la Seconde Guerre mondiale.

Crimes des officiers blancs condamnés par Léopold II

Dès les prémices de l’entreprise coloniale, Léopold II dota le système juridique congolais d’un code pénal qui prohibait la violence. Cependant, dû à l’immensité du territoire et au sentiment d’impunité qui régnait parfois dans cet Etat de droit naissant, il ne put prévenir tous les abus. Certains officiers n’ont pas hésité à brutaliser et à tuer lors d’expéditions punitives sur des villages dont le seul crime était de n’avoir pas fourni une quantité suffisante de caoutchouc. Ces exactions atroces ont entraîné la mort de centaines voire de milliers de Congolais. En 1895, mis au courant de ces massacres, il réagit sans ambiguïtés : « Nous ne pouvons pas croiser les bras (…) Nous voulons le bien. Si le mal se fait chez nous, nous voulons le savoir et le réprimer »[5]. Il traîna les criminels devant les tribunaux, créa une Commission pour la protection des indigènes et ordonna à son administration de cesser toute cruauté. Hélas, celle-ci n’a pas toujours suivi ses ordres à la lettre de peur d’affaiblir la pression exercée sur les indigènes et d’entraîner, ainsi, une diminution des recettes.

Remettre la politique coloniale dans son contexte

Les nombreux abus et les conditions de travail rudes, parfois inhumaines, entourant l’exploitation du caoutchouc seraient à imputer au « système » c’est-à-dire à une politique coloniale poursuivant des fins trop directement productives, basée sur une obligation de rendement très élevé. Néanmoins, Jean Stengers affirme que l’occupation du Congo par Léopold II se déroula de manière plus pacifique que dans la plupart des autres colonies. De plus, dans le contexte social de l’époque, il n’est pas inutile de rappeler que les ouvriers belges et européens vivaient dans des conditions de travail similaires : pas de protection sociale, journées de travail de 12 à 14 heures, y compris pour les enfants en bas âge, en échange d’un salaire de misère, familles entassées dans des logements insalubres. Ces conditions, détestables certes, qui s’appliquaient en Europe n’ont fait qu’être importées au Congo.

En définitive, on constate, à l’aulne des faits relevés lors de ce court article, que Léopold II n’a, non seulement, jamais envisagé de détruire partiellement le peuple congolais, mais l'a sorti de l'enfer esclavagiste et a interdit l’utilisation de la violence dans l’accomplissement de ses objectifs commerciaux. Quant aux conditions de travail et de vie très rudes de la main d'œuvre congolaise, quoique très regrettables aujourd'hui, n'étaient que le reflet du contexte social et politique européen.

[1] Jean Stengers, “Congo : mythes et réalités”, Edition Racine, 2005, Bruxelles, p. 154-156.

[2] Bulletin official de l’Etat Indépendant du Congo, septembre-octobre 1905, p. 226.

[3] Le Vif, “Léopold II n’était pas un génocidaire” par Sophie Mignon.

[4] Cf. Jean Stengers, Congo : mythes et réalités, Edition Racine, 2005, Bruxelles, p. 305-306 et la Libre Belgique, Alexis de Crombrugghe, “le Congo sous Léopold II : réalité et fiction” pour plus d’informations.

[5] Le Vif, “Léopold II n’était pas un génocidaire” par Sophie Mignon.

Une opinion de Aymeric de Lamotte, Conseiller communal à Woluwe-St-Pierre et avocat

Source : La Libre.be

Commentaires

Certains mythes ont la vie dure...
Si on se met à la recherche des vérités historiques, où va-t-on, je vous le demande ?

Écrit par : Carine | 23/12/2015

Toussa c'est la faute au FN ,non ?
Non ?
Zetes sûr ?
Sûr et certain ?
En cherchant bien, je suis persuadé qu'on peut lui mettre ça sur le dos

Écrit par : kobus van cleef | 23/12/2015

Carine > Tout à fait, où irions-nous ?

Paul-Emic > Je me méfie toujours des histoires de victimes innombrables et volatilisées.

kobus van cleef > Oui, l'influence par anticipation, vous ne connaissez pas ?

Écrit par : Pharamond | 25/12/2015

Vos sources proviennent principalement de Bruxellois et d'Eurocrates fervents. (Le Vif)

Ceux qui encensent ce roi sont les mêmes que ceux qui vous imposent l'Europe de Bruxelles.

Méfiez-vous des belgicains, même si la vérité historique semble de leur côté.

Je suis Wallon et je peux vous dire que les médias belgo-bruxellois sont vos pires ennemis en terme de propagande anti-française.

Pour rappel, le roi actuel de l'entité belgicaine est membre haut placé du Bilderberg et les médias bruxellois le soutiennent d'une manière aussi grotesque qu'hystérique.

Bonnes fêtes de fin d'année à vous,

Cordialement,

Écrit par : zed | 27/12/2015

J'avais déjà lu des choses en faveur de Léopold II et l'article mise en ligne me paraissait en quelque sorte une bonne synthèse. Peu importe que celui qui dit ci ou ça soit européiste, franc-maçon ou sataniste si ce qu'il dit approche la vérité. Par exemple, je n'aime pas l'antifasciste communiste Pasolini mais sa critique de la bourgeoisie n'en demeure pas moins fort percutante. Pour le reste je ne suis pas royaliste et le roi des Belges est pour moi un pantin de plus à la solde de l'UE.
Merci pour votre commentaire et bonnes fêtes de fin d'année à vous aussi.

Écrit par : Pharamond | 27/12/2015

Les commentaires sont fermés.