Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2015

Et ça commence !

Un collègue, hier, après quelques banalités :

- T'as vu : on va bientôt marcher au pas.

Moi, vaguement inquiet car croyant à l'annonce d'une nouvelle fourberie de notre direction :

- Pourquoi ?

Lui :

- Ben, t'as pas vu les élections ?

Moi, ne voulant ni me découvrir ni me renier :

- Ils n'avaient pas qu'à faire n'importe quoi au gouvernement.

Lui :

- Ça c'est sûr.

 

Un autre collègue, aujourd'hui, après quelques autres banalités :

- Va falloir apprendre "Maréchal, nous voilà !"

Moi, cette fois tout de suite alerté devant cette allusion sans ambiguïté et histoire de botter en touche une fois encore :

- C'est pas sûr qu'ils passent.

Lui :

- On verra.

 

Commentaires

Toujours difficile d'extrapoler pour tout un chacun à partir de sa propre expérience. Mais depuis que je ne cherche plus ni à planquer mes convictions ni à botter en touche, l'on me fout une paix royale. Il est vrai que ne pas bosser dans une grande boîte ni ne dépendre d'aucune hiérarchie bureaucratique rend la chose plus facile, de même que ne pas peser 60 kilos pour 1m70.
Il n'empêche. Je crois qu'un nombre incroyable de réacs en voie de radicalisation exagèrent immensément les conséquences hypothétiques de s'assumer au grand jour. Je ne parle pas d'arriver au boulot avec des tracts plein les poches, mais de mettre courtoisement à dix mètres les sacs à merde capables de nous faire le coup du pas-de-l'oie etc.
Quant à bien trop de radicaux qui croient s'assumer, ils se contentent de passer du stade "Monsieur Irréprochable" à "Nouveau converti", pour ne pas parler de ceux qui se rendent tout simplement insupportables, version leucoderme des salamifistes à moustache rasée et babouches revendicatrices.
Que l'on se montre fiable, courtois, solide, détendu ET intégralement faf, et la majorité de notre entourage ne nous en tiendra pas plus rigueur que ça. La trouille ou le plaisir de choquer mènent au même isolement.

Écrit par : Stag | 09/12/2015

je crois quand même que l'ambiance des "grandes boîtes" ou des boîtes internationales est très délétère et qu'il y est très dangereux de s'afficher ouvertement pour ce qu'on est. Sans cacher mes convictions, je ne les porte pas non plus sur mon front (c'est le cas de le dire ;-) ) Qui veut comprendre comprend.

Écrit par : Paul-Emic | 09/12/2015

Stag > Dans le milieu où je travaille il ne vaut mieux pas afficher des opinions comme les miennes mais ça ne m'empêche nullement d'aborder certains sujets qui fâchent, le tout est d'y aller avec des pincettes au départ.

Paul-Emic > Je crois que stag disait la même chose sur la taille des entreprise : "Il est vrai que ne pas bosser dans une grande boîte [...] rend la chose plus facile".
L'endoctrinement du quidam est tel que même si on ne rencontre pas d'hostilité ce sera au minimum l'incompréhension et la désapprobation polie.

Écrit par : Pharamond | 09/12/2015

Les commentaires sont fermés.